Découverte de deux superterres autour de la naine rouge toute proche, chasse du troisième, celui qui est habitable

Gliese 887 est une étoile naine rouge relativement proche de nous (c’est la 12ème étoile la plus proche de la Terre) puisqu’elle est située à une distance de 10,7 années-lumière. C’est aussi l’une des naines rouges les plus brillantes du ciel et l’une des plus lourdes si l’on considère une zone correspondant à un rayon de 20 années-lumière de la Terre (elle a presque la moitié de la masse du Soleil).
Ces caractéristiques sont toutes favorables à d’éventuelles planètes placées dans la zone habitable sur laquelle la vie peut naître et se développer.

Au fil des ans, les chercheurs ont tenté de découvrir la présence de planètes autour de cette naine rouge relativement proche, mais sans succès. Mais aujourd’hui, les astronomes de l’université de Göttingen ont atteint la cible. Une nouvelle étude publiée dans Science Aujourd’hui, elle constate qu’il y a au moins deux planètes autour de cette étoile, qui sont toutes deux des « superterres ».

Il s’agit de Gliese 887 b et Gliese 887 c, tous deux trop proches de l’étoile et donc trop chauds pour supporter la vie telle que nous la connaissons.
Gliese 887 b a une masse qui est 4,2 fois celle de la Terre et ne représente que 6,8 % de la distance moyenne entre la Terre et le Soleil. Gliese 887 c a une masse qui est environ 7,6 fois celle de la Terre et orbite à une distance de son étoile qui est de 12 % de la distance moyenne entre la Terre et le Soleil.

Selon les chercheurs, cette étoile représente actuellement la meilleure opportunité d’étudier les atmosphères possibles des exoplanètes et surtout la possibilité éventuelle de vie car Gliese 887 est une étoile très calme en termes d’activité solaire et d’émission de la dite « éruption » (une caractéristique fondamentale pour les formes de vie qui veulent durer dans le temps). De plus, elle est assez brillante (plus que la moyenne des naines rouges normales, mais pas aussi brillante que le Soleil), une autre caractéristique importante car la lumière a toujours été une source d’énergie.

Cela signifie que s’il y a une troisième planète, elle pourrait se trouver dans la zone habitable et pourrait avoir profité de cette tranquillité pour permettre à la vie de naître et de se développer.
Les chercheurs ont maintenant l’intention d’utiliser le télescope spatial James Webb, qui devrait être lancé dans l’année prochaine (le conditionnel est plus qu’obligatoire) pour mieux analyser cet intéressant système et comprendre si cette troisième planète existe vraiment.