COVID 19, il y aura une augmentation des psychoses associées selon une étude

Crédit : cottonbro, Pexels, 3951628

Selon une étude publiée dans Recherche sur la schizophrénie il y aura une augmentation des psychoses liées à la pandémie de COVID-19. La psychose sera très probablement liée à la peur de l’exposition au virus, à une vulnérabilité préexistante et au stress psychosocial en général. Ces personnes souffrant de psychose COVID-19 « peuvent présenter un défi majeur », comme le rapporte le communiqué de presse présentant l’étude, et peuvent également poser des problèmes pour contrôler la propagation de l’infection.

Pour parvenir à ces conclusions, Ellie Brown, l’un des auteurs de l’étude, a analysé l’impact d’autres pandémies mineures survenues ces dernières années, telles que la MERS, le SRAS, la grippe porcine et d’autres types de grippe.
Le chercheur s’appuie sur le fait que les psychoses sont généralement déclenchées par le stress à partir du niveau psychosocial et, dans le contexte de la pandémie actuelle, elles pourraient également être incluses dans cette définition liée à l’isolement et à la nécessité de maintenir une distance avec la famille ou les amis.

« Cette recherche montre que leurs réflexions sur la contamination et leur compréhension de concepts tels que l’enlèvement physique peuvent être différentes de celles de la population en général », explique le chercheur.
Selon Richard Gray, professeur à l’Université de La Trobe, autre auteur de l’étude, parmi les symptômes psychotiques qui pourraient caractériser cette psychose particulière de COVID-19, il y en aurait un selon lequel les sujets pourraient commencer à entendre des voix.

Si les personnes atteintes de cette psychose étaient également infectées par le virus COVID-19, le maintien des procédures de contrôle poserait des problèmes importants, comme l’explique Gray lui-même : « Le maintien des procédures de contrôle de l’infection lorsque les personnes sont psychotiques est un défi.