C’est ainsi que la pollution des centrales à charbon peut boucher les poumons.

Une nouvelle expérience menée par un professeur du Collège de médecine vétérinaire de Virginie-Maryland confirme que la combustion du charbon peut provoquer de graves lésions pulmonaires. Plus précisément, les chercheurs ont mené des expériences sur des souris, en les exposant à des cendres ou à des fumées de charbon brûlé.

Irving Coy Allen, avec des collègues de divers autres instituts américains et d’une université de Shanghai, a découvert que de très petites particules d’oxyde de titane peuvent être très toxiques. Ces particules seraient présentes dans la cendre et la fumée du charbon brûlé.
Les poumons des souris ont été endommagés même après une seule exposition, alors que les dommages à long terme se sont produits en seulement six semaines d’exposition.

Les centrales électriques au charbon d’aujourd’hui disposent de filtres très complexes pour empêcher la plupart des émissions dans l’atmosphère des nanoparticules qui suivent la combustion du charbon.
Cependant, lorsque ces filtres ne sont pas présents ou ne sont pas efficaces, ces particules peuvent se dilater dans l’air et pénétrer facilement dans les poumons.

Ce sont principalement les plus petites particules, connues sous le nom de nanoparticules de sous-oxyde de titane, qui préoccupent le plus les scientifiques.
Ce sont de très petites particules, atteignant un diamètre de 100 millionièmes de mètre. Une fois dans les poumons, ils rencontrent les macrophages, ces cellules défensives qui sont censées neutraliser précisément les particules étrangères.

Contre ces particules, si petites, les macrophages se mettent en difficulté. Ils ne peuvent pas les décomposer et ils commencent à mourir, un processus qui conduit à un plus grand recrutement de macrophages.
Bientôt, une rétroaction commence pour laquelle, après chaque tour, des masses de cellules macrophages mortes ou mourantes sont créées qui se concentrent autour des nanoparticules, comme l’explique Allen lui-même. Cela crée de véritables dépôts qui sont à l’origine de problèmes d’obstruction car ils ne permettent plus aux poumons de fonctionner correctement.

C’est une « découverte surprenante », comme le définit Allen lui-même, et un phénomène qui se produit déjà après une seule exposition. Et même après de longues périodes, ces accumulations restent dans les poumons.
Un phénomène qui, bien entendu, suscite des inquiétudes quant à la pollution produite par les centrales électriques au charbon.