Analyse les pesticides dans les rivières qui se jettent dans la Grande Barrière de Corail et est choquée

Résumé graphique de l’étude (crédit : Analyse des mélanges de pesticides déversés dans la lagune de la Grande Barrière de Corail, Australie  » rel= »nofollow »>DOI : 10.1016/j.envpol.2020.114088 , Pollution de l’environnement)

Les mélanges de pesticides qui s’infiltrent dans les cours d’eau, qui déversent ensuite leurs eaux dans la zone marine de la Grande Barrière de Corail, constituent un problème encore plus important que ce qui avait été calculé précédemment, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université du Queensland, en Australie.

En collaboration avec le département de l’environnement et des sciences du Queensland, le chercheur Michael Warne de la School of Earth and Environmental Sciences a effectué l’analyse de 2600 échantillons d’eau prélevés dans 15 rivières et ruisseaux qui arrivent dans le lagon de la Grande Barrière de Corail au cours des quatre dernières années.
Le chercheur dit avoir été « choqué » lorsqu’il a découvert les quantités des différents mélanges de pesticides présents dans ces échantillons.

Le chercheur a découvert que 99,8 % des échantillons testés contenaient un mélange de pesticides, avec jusqu’à 20 pesticides différents dans un seul échantillon d’eau.
Cette pollution a clairement un impact énorme sur l’écosystème aquatique de la région, un problème qui nécessite une action gouvernementale pour réduire l’utilisation des pesticides, ce qui doit aussi clairement être réalisé avec la coopération des agriculteurs locaux.

« Nous avons constaté que les agriculteurs concernés sont très désireux de s’engager dans la science : ils ont relevé le défi et prennent des mesures importantes pour s’améliorer », explique M. Warne.