25-30% des glaciers de Nouvelle-Zélande ont disparu depuis les années 1970.

Glacier Fox, Nouvelle-Zélande

25-30% des glaciers répertoriés en Nouvelle-Zélande à la fin des années 1970 ont été perdus : c’est le résultat inquiétant obtenu par certains scientifiques de Te Herenga Waka de l’Université Victoria de Wellington et de l’Institut national de recherche sur l’eau et l’atmosphère.

Chaque année, une équipe de scientifiques de ces instituts effectue une mission sur le terrain pour voir combien de glace il reste dans la zone allant des lacs du Nelson à la région du Fiordland. En particulier, ils mesurent la quantité de neige tombée pendant l’hiver puis déposée sur chaque glacier pour contribuer à l’accumulation de glace afin d’empêcher le glacier de fondre complètement.

Après avoir exclu les glaciers situés plus au sud et ceux situés plus au nord, qui ne peuvent plus être considérés que comme des « plaques de neige et plus de glaciers », comme le dit Lauren Vargo, l’une des chercheuses impliquées dans la recherche, les chercheurs ont pris des milliers de photos de la zone centrale examinée et, à l’aide de modèles 3D, ont calculé une perte spectaculaire de la masse des glaciers, ce qui sera de plus en plus fréquent comme l’explique M. Vargo lui-même.

L’une des causes du recul des glaciers cette année est certainement à mettre sur le compte des énormes incendies de forêt australiens qui ont duré jusqu’à il y a quelques mois.
En effet, la poussière résultant de ces incendies, comme l’explique Vargo, s’est déposée sur la neige qui est devenue plus foncée, d’une couleur presque « rose orangé », ce qui la fait absorber plus de lumière que le soleil et la fait fondre plus rapidement.