La belle histoire du Web Summit

Pin It

C’est la belle histoire du Web Summit : deux startups françaises se rencontrent grâce à la French Tech et annoncent leur partenariat à Lisbonne. Whaller et Plussh ont ainsi profité du salon, grand messe incontournable du numérique et du web, pour communiquer sur leur alliance. L’objectif : permettre à leurs clients respectifs de bénéficier d’une offre augmentée et qualitative.

Plussh et Whaller ont annoncé leur collaboration lors du Web Summit 2016 à Lisbonne

Plussh et Whaller ont annoncé leur collaboration lors du Web Summit 2016 à Lisbonne – photo BM

Whaller et Plussh ont de nombreux points communs.Les deux startups proposent à leurs clients des solutions faciles à mettre en oeuvre, qualitatives et insistent sur la notion de propriété. Propriété des données personnelles, propriété du contenu créé, pas question pour Whaller ou Plussh de commercialiser ce qui appartient à leurs utilisateurs. Leur alliance étaient donc logique. Encore fallait-il que les deux startups se rencontrent. Entre Whaller, basée en Ile-de-France, et Plussh, basée à Montpellier, en Occitanie, ce n’était pas évident. Et c’est là que Business France et la French Tech ont finalement joué un rôle : les dirigeants de Plussh et Whaller se sont retrouvés côte à côte lors de la journée de préparation du Web Summit organisée il y a quelques semaines à Paris dans les locaux de Business France. “Nous avons tout de suite su que nos solutions étaient complémentaires et qu’un partenariat serait bénéfique pour nos clients alors que sans Business France et la French Tech, nous ne nous serions peut-être jamais rencontrés”, reconnait volontiers Dimitri Moulins, CEO et cofondateur de Plussh. “La collaboration était évidente, nous partageons une vision similaire et l’innovation est au cœur de nos deux sociétés”, renchérit Thomas Fauré, CEO et fondateur de Whaller.

Dimitri Moulins, CEO de Plussh, et Thomas Fauré, CEO de Whaller, sur le stand de Business France La French Tech au Web Summit de Lisbonne

Dimitri Moulins, CEO de Plussh, et Thomas Fauré, CEO de Whaller, sur le stand de Business France La French Tech au Web Summit de Lisbonne – photo BM

En quelques jours à peine, les deux startups ont lancé une première expérimentation. Test réussi avec le groupe Havas, premier à essayer ce nouveau service commun, avec la retransmission en direct vidéo d’une matinée de conférences. Expérience concluante qui a poussé les deux startups à poursuivre sur cette voie. “En un mois, nous avons réalisé une expérimentation chez l’un de nos clients, Havas, et avons finalisé l’intégration de Plussh à notre plateforme”, explique Thomas Fauré.

Thomas Fauré, CEO de Whaller, interviewé dans les rues de Lisbonne lors du Web Summit 2016.

Thomas Fauré, CEO de Whaller, interviewé dans les rues de Lisbonne lors du Web Summit 2016 – photo BM

Aujourd’hui, les utilisateurs de Plussh peuvent diffuser un événement en direct vidéo au sein d’une sphère Whaller. Et les utilisateurs de Whaller peuvent évidemment profiter de Plussh pour diffuser en direct vidéo dans leurs sphères déjà créées.“Le maître mot est : simplicité. Tout est fait pour que l’expérience client soit optimale”, détaille Dimitri Moulins.

Dimitri Moulins, CEO de Plussh, interviewé sur le stand de La French Tech lors du Web Summit 2016.

Dimitri Moulins, CEO de Plussh, interviewé sur le stand de La French Tech lors du Web Summit – photo BM

Pour rappel, Whaller est un espace de confiance sur le web qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres réseaux sociaux privatifs sous forme de sphères et Plussh propose de son côté des solutions sur mesure de direct vidéo, notamment depuis smartphone.

Whaller & Plussh ont annoncé leur partenariat lors du Web Summit 2016 à Lisbonne.

Whaller & Plussh ont annoncé leur partenariat lors du Web Summit 2016 à Lisbonne – photo BM

Le fonctionnement retenu est simple : l’utilisateur synchronise ses comptes Plussh et Whaller, permettant ainsi de retransmettre automatiquement sa vidéo au sein de la sphère sélectionnée. Les membres de la sphère peuvent interagir en temps réel, grâce aux commentaires et aux « likes», offrant ainsi aux entreprises plus d’interactivité aux lives streams. Une fois le live terminé, le replay est et reste disponible instantanément dans la sphère. “Nos clients étaient en attente d’une solution de ce type, cette collaboration nous permet d’augmenter les possibilités de nos deux solutions”, conclut Thomas Fauré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>