J. Martin : “Jouer contre Messi sera exceptionnel !”

Pin It

POV* – Il y a 10 mois, Jonas Martin m’avait accordé un entretien vérité pour sonner la révolte du Montpellier-Hérault englué à la dernière place du championnat. « Je hais la défaite », tel était son leitmotiv et cela avait fonctionné car Jonas le guerrier et ses coéquipiers pailladins avaient relevé rapidement la tête. Une saison plus tard et après un mercato vite évacué, il était intéressant de retrouver un joueur qui s’apprête à découvrir, sous les couleurs du Betis de Séville, le championnat espagnol avec délectation. Débuter face au Barça et Leo Messi a de quoi vous donner le sourire alors écoutons un joueur heureux et apaisé, mais qui n’oublie rien…

Cm2Gv-UWIAACBZQ

Crédit photo : capture Twitter

Jonas, à peine un mois et demi après ton arrivée à Séville, quelles sont tes premières impressions dans ton nouveau club ?

J’ai l’impression que je suis là depuis 2-3 ans ! J’ai été très bien accueilli par tous les joueurs et le staff, la présaison s’est vraiment bien passée avec beaucoup de matches amicaux et de stages (à Marbella, 2 fois en Allemagne…) Tout est allé à une vitesse incroyable et nous voilà déjà à la 1ère journée de championnat…

Et pour l’anecdote quels débuts : premier match amical du Betis et tu marques 2 fois! Les 2 premiers buts de la saison pour le club, tout un symbole ?

Ah si je pouvais le refaire aussi pour notre premier match officiel au Camp Nou !!! C’était sympa c’est vrai, bon le premier mon tir est bizarre et le gardien pas royal sur ce coup-là, mais je ne suis pas mécontent de mon contrôle orienté pour m’amener le ballon!

On va revenir rapidement sur ton choix lors de ce mercato : le Betis est devenu une évidence au fil du temps ?

En fait j’avais 3 vraies alternatives : le Betis donc, mais aussi Bruges avec la Ligue des Champions à jouer et le Stade Rennais en France. Rennes me voulait vraiment et j’étais la priorité de Christian Gourcuff, c’est vrai que travailler avec un tel technicien était excitant, le Président Ruello m’appelait souvent… Mais j’ai préféré tenté la Liga pour vivre une expérience nouvelle, à 26 ans c’était l’âge idéal pour découvrir ce football espagnol si flamboyant et qui fait rêver tout joueur normalement constitué, enfin celui qui sait manier un ballon si tu vois ce que je veux dire ! Le Betis est devenu mon premier choix car lorsqu’ils sont venus j’ai senti un truc en plus, une âme dans ce club, le fait de jouer en Liga contre les meilleures équipes du monde, et aussi que le directeur sportif et le coach me veuillent absolument.

Le club va d’ailleurs débuter un nouveau cycle avec un nouvel entraineur Gustavo Poyet et un effectif largement renouvelé ?

Oui, le Betis a beaucoup changé à l’intersaison que ça soit au niveau du staff ou des joueurs. Le président est très ambitieux et les supporters très exigeants, nous savons que nous devons répondre présents sur le terrain dès le début ! Le recrutement a concerné tous les postes, notre coach veut promouvoir le beau jeu, le stade va être agrandi de 10 000 places pour porter sa capacité à 62 000 places dont 44 0000 abonnés… Les conditions sont idéales pour s’épanouir, maintenant le ballon est dans le camp des joueurs…à nous de le porter dans la surface de réparation adverse !

On retrouve donc le Jonas ambitieux et perfectionniste de La Paillade, le gagneur-né ?

Pardi ! Tu ne crois quand même pas que je suis venu ici pour jouer le maintien !!!

Donc après une grosse préparation l’équipe est prête ?

On a beaucoup travaillé durant ce mois et demi de préparation et nous sommes confiant pour la saison qui démarre samedi pour nous.

Et tu parles d’un départ en fanfare : vous jouez le Barça au Camp Nou !

Je suis venu ici pour jouer ce genre de match et le fait de rencontrer le Barça la première journée va me mettre directement dans le bain de la Liga. Je vais jouer contre une des meilleures équipes du monde et contre les meilleurs joueurs ! J’ai l’habitude de les regarder à la télé mais là je serai en face d’eux ! Un rêve qui se réalise ! Jouer contre Messi est quelque chose d’exceptionnel, mais une fois sur le terrain je ne penserai plus du tout à ça! Que ce soit lui ou un autre joueur pendant 90 minutes c’est un adversaire et donc un ennemi!

Tu t’es fait une frayeur quand même en début de semaine ?

Oui ! Lundi j’avais les adducteurs en feu donc repos pendant un jour ou deux mais là tout est OK donc j’espère que je vais jouer !

Et tu devrais te positionner un peu plus haut sur le terrain qu’à Montpellier ?

Oui à la base il m’a pris pour évoluer en numéro 8 et me trouver plus souvent devant le but pour y être plus décisif.

Exactement le rôle que j’aurai voulu te voir jouer au MHSC car tu avais les qualités techniques pour faire la différence !

On va donc dire que Gustavo Poyet connaît bien le football !

Le Betis qui a un recrutement très international et n’hésite pas à piocher en Ligue 1, après Aïssa Mandi et toi, tu espères Benjamin Stambouli ?

Il a intérêt à venir ici Benji (rires) car nous avons des conditions idéales pour nous épanouir. Plus sérieusement, je ne me suis pas entretenu avec lui donc je ne sais pas du tout quel sera son avenir…

Cela nous amène à Montpellier, j’imagine que tu as suivi le début de saison de tes anciens coéquipiers ?

Oui je continue à les suivre, c’est très bien d’avoir gagné le premier match car ça lance parfaitement leur championnat. Ils ont tiré les enseignements de la saison passée pour vaincre cette équipe angevine toujours très difficile à bouger.

Tu y as conservé des amis très proches comme Morgan Sanson qui t’estime beaucoup?

Ah oui je me souviens de l’article que vous m’aviez consacré tous les deux, il avait dit des choses très gentilles sur moi…sauf sur mon jeu de tête ! Mais bon le sien est du même niveau hein !!! C’est vrai que j’ai Morgan régulièrement au téléphone et je suis content qu’il soit enfin à 100% physiquement. Il va faire une grande saison j’en suis convaincu. Il le mérite tellement, c’est un super joueur !

Les supporters du MHSC ne t’oublient pas et ils continueront à te suivre « tras las montes » ?

C’est toujours plaisant de recevoir des messages de leur part et je les en remercie! Beaucoup ont été derrière moi, mais d’autres pas du tout… Je n’oublie rien, comme lors de mon retour à la Mosson où je m’attendais à un peu plus de reconnaissance… Mais c’est du passé, j’ai déjà tourné la page et c’est mieux comme ça !

Et justement tu as vécu comment ce retour à la Mosson il y a 15 jours pour un match amical, paré du brassard de capitaine du Betis ?

Au départ un peu d’émotion mais au coup de sifflet c’est pareil, quand tu joues tu fais abstraction du contexte. Le coach m’a fait vraiment plaisir en me nommant capitaine c’était honorable de sa part et je l’en remercie ! Après au MHSC il y a des gens que je n’ai pas vus depuis le dernier match à Monaco la saison dernière ! Je n’oublie pas non plus… Par contre d’autres dans le club prennent des nouvelles régulièrement et m’ont souhaité le meilleur pour la suite.

La suite c’est donc ce match au Camp Nou, on change de planète quand tu te retournes sur la saison passée où tu démarrais face à Angers ?

C’est autre chose certes mais je me souviens qu’on avait été piégés par cette équipe et nous avions perdu 2 à 0. J’espère qu’avec le Betis on réalisera un meilleur départ ! Ce n’est que du positif de jouer là-bas ! Ils sont favoris à tous les matchs alors à nous de jouer relâchés et d’essayer de ramener quelque chose.

Ton objectif personnel pour ta découverte de la Liga ?

Il faut que je fasse une grosse saison ou deux, voire même plus, pour pouvoir atteindre mes rêves…

Quand on joue dans la « Liga de las estrellas» on imagine que l’éclairage médiatique est bien supérieur, mais le maillot bleu t’apparaît totalement inaccessible?

Ah non je ne pense pas du tout à l’équipe de France çà serait tellement prétentieux de dire cela !!! Et puis j’imagine que Didier Deschamps ne me connaît même pas (rires)…

Parmi ces étoiles: Messi, Ronaldo et Griezmann, une préférence ?

Non je n’ai pas de préférence concernant les joueurs mais Antoine Griezmann à un avantage : il est français comme moi !

Pour finir on a l’impression que tu es épanoui à Séville une ville chargée d’histoire, essentielle dans la fameuse « Reconquista » qui a façonné durablement le royaume d’Espagne. Le lieu idéal pour les nouveaux combats de Jonas le guerrier ?

Oui c’est vrai que la ville est magnifique et me plait beaucoup. Il y a un patrimoine exceptionnel comme l’Alcazar haut lieu de l’histoire ibérique. C’est une ville ouverte, métissée car on y sent les influences notamment des Almohades, un peu à l’image du Betis où nous venons de tous les horizons pour y accomplir nos rêves footballistiques…

(Les articles précédés de la mention POV* correspondent au Point de Vue de nos contributeurs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>