Eu-Roy 2016 part 2 : Les arrières « gauches »

Pin It

POV* – Suite de nos réflexions sur l’Euro et focus sur l’équipe de France… Que n’a-t-on entendu depuis le début de la compétition à propos des Bleus : équipe peu spectaculaire, fond de jeu déficient, 1er tour poussif… Bon les amis on va juste vous rappeler les premiers tours des deux dernières Coupes du Monde où la France est allée au bout, c’est à dire la finale…

Logo Euro 2016

Logo Euro 2016

En 98, et au risque de vous décevoir et ternir un peu la légende, les matches contre l’Afrique du Sud et l’Arabie Saoudite étaient de joyeuses garden-parties, entre but contre son camp d’un joueur de l’OM au Vélodrome et but d’un latéral gauche au terme d’une course folle (si si !) au Stade de France, sans compter l’expulsion de notre génie en devenir pour une semelle malencontreuse…

Sans parler du match des coiffeurs face au Danemark.

En 2006, rebelote avec l’obligation de remporter le 3ème match couperet….contre le Togo, non ne riez pas c’est très sérieux !

Alors quand vous voyez que l’on critique la bande à DD qui termine première de son groupe en économisant ses 4 joueurs majeurs pour le 3ème match…

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Depuis Jean de La Fontaine, les connaisseurs de football savent bien qu’il vaut mieux démarrer une compétition lentement et monter en puissance ensuite, en gros éviter de jouer au corbeau tenant en son bec un fromage, en l’agitant au vu et au su de tous, pour ensuite le laisser tomber dans la bouche du renard…

Pour en revenir à la composition d’équipe et écrire une nouvelle fable, je vous propose une révolution tactique !

Tout le monde a vu que nos latéraux sont catastrophiques : l’un est totalement dépassé par son âge d’ex-capitaine, l’autre est très limité malheureusement.

Tout le monde a vu aussi l’excellente prestation de Moussa Sissoko qui allie puissance physique, vitesse et qualité de centres évidente.

Et tout le monde a également vu que Paul Pogba est mille fois plus à l’aise et efficace dans le jeu des Bleus lorsqu’il occupe sa position préférentielle, à savoir milieu côté gauche, et non plus exilé à droite, traînant son spleen le long de la ligne de touche.

Donc équation à 3 inconnues : comment aligner à la fois Pogba côté gauche, Sissoko indispensable piston à droite, le tout sans sacrifier le soldat Matuidi ?

Fastoche mon capitaine !

Il suffit de virer nos deux latéraux dépassés !

Pour sécuriser notre arrière-garde parfois inquiétante, nous passons à 3 défenseurs centraux : Koscielny en clé de voûte au centre avec Rami à sa droite et Umtiti à sa gauche.

Et ensuite un milieu à 5 !

Et oui plaçons Matuidi en relayeur côté gauche et Sissoko en relayeur côté droit, mi-latéraux / mi-ailiers ils ont les qualités physiques et le volume de jeu pour défendre, récupérer les ballons, contre-attaquer et apporter le danger dans la surface adverse.

Au centre du milieu : Pogba axe gauche et Kante axe droit nous donnerons de sérieux gages de solidité.

Il suffira ensuite de placer Dimitri Payet en 10, électron libre pour éclairer le jeu des Bleus, lui qui plane littéralement depuis le début de la compétition.

Et de fixer Antoine Griezmann devant, à tourner autour d’Olivier Giroud, position là-aussi préférentielle qu’il occupe à l’Atletico, ce qui lui permettra de retrouver son efficacité en lui évitant de se disperser aux 4 coins du terrain…

Voilà ma proposition d’équipe pour les matches éliminatoires, sachant qu’il s’agit d’installer les joueurs cadres dans leurs places habituelles en club (Griezmann, Pogba, Payet) pour les rendre plus efficients.

Et de ne pas oublier que les Bleus vont loin dans une grande compétition quand leur milieu est renforcé et sécurise l’arrière-garde, comme en 98 ou 2000.

Le milieu de terrain a toujours été la poutre de notre football en sélection ne l’oublions pas.

Maintenant place au jeu et à l’enjeu, vu que le tableau de la France a été savamment préparé à l’avance, pas besoin de faire refroidir les boules si chères à notre ami Sepp Blatter, là cela s’est fait aux yeux de tous !

Il est grand temps que les Bleus tracent leur route, en se départissant de leurs arrières un peu trop « gauches » ils pourront enfin revenir dans le droit chemin d’une compétition aboutie.

Et éviteront ainsi de ressembler à une grenouille voulant se faire plus grosse que le bœuf…

(Les articles précédés de la mention POV* correspondent au Point de Vue de nos contributeurs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>