Affaire Benzema: de qui se moque t-on ?

Pin It

POV* – L’affaire « Benzema » ponctue et pollue la vie des Bleus depuis de longs mois, entre révélations, annonces, déclarations ou décisions de justice, c’est un véritable mélodrame qui se joue devant une France du football ébahie. De manière étonnante, voire choquante, c’est la France d’en haut (celle des dirigeants sportifs et des anciens internationaux) qui soutient aveuglément le retour de Karim Benzema en Bleu, alors que la France d’en bas (joueurs du dimanche et supporters) ne veut plus du madrilène en sélection.

Karim Benzema - Crédit photo Addesolen

Karim Benzema – Crédit photo Addesolen

Comment expliquer un tel aveuglément de la FFF et de son Président Noël Le Graët, voire de son sélectionneur, Didier Deschamps ? Du côté du sélectionneur, celui-ci souhaite présenter la meilleure équipe possible au démarrage de l’Euro 2016. Logique sportive donc car l’objectif suprême pour les Bleus est de remporter cette compétition organisée sur leur sol, comme l’ont fait avant eux les sélections de Michel Hidalgo en 1984 et d’Aimé Jacquet en 1998. Le « jamais deux sans trois » justifierait-il toutes les audaces ou plutôt les entorses à la morale sportive et à l’esprit de groupe ?

Tout d’abord, et au risque de choquer certains, rien ne dit que l’équipe de France soit plus forte sur le pré avec Karim Benzema que sans lui. Certes l’avant-centre du Real Madrid est un des footballeurs français les plus talentueux, mais depuis ses débuts en sélection il n’a jamais réalisé de match référence ou été décisif à lui seul dans un match important pour l’équipe.

L’on me rétorquera le retour des barrages France/Ukraine ? Mais à ce titre-là alors Mamadou Sakho devrait aussi être un titulaire plus qu’indiscutable non ? Et avec l’éclosion de Griezmann, les promesses de Martial et de Coman, l’utilité de Giroud dans un système lui convenant, les Bleus ont prouvé que la vie sans Karim était envisageable…

Mais si les plans de Deschamps, élevé dans la culture de la gagne à tout prix, peuvent être entendus, l’inexplicable vient de la position maintenue depuis toujours pas la 3F et son Président Noël Le Graët. Dès le début, il proclame son soutien au madrilène, faisant presque passer Mathieu Valbuena pour un coupable, voire un provocateur dans cette bien lamentable affaire… Certes le breton est têtu et veut toujours avoir raison, mais narguer de la sorte les pouvoirs judiciaires et politiques a de quoi laisser pantois !

Tel un dictateur en fin de parcours à la dérive, il souhaite prouver à la face du football qu’il n’est sensible à aucune pression, mais à trop vanter l’autarcie, ne favorise-t-on pas la politique de l’autruche ? On lui rappellera également son soutien sans nuance à Michel Platini et son attitude déplacée à l’encontre de Jérôme Champagne, seul candidat français en lice pour l’élection du Président de la FIFA… Car cette affaire Benzema est quand même extraordinaire… Quelle est la valeur supérieure au groupe dans un sport collectif ?

En attentant à la vie du groupe, en participant, même à la marge et par jeu, à une tentative de chantage sur l’un de ses coéquipiers en Bleu, Karim Benzema a commis un bien plus grave « crime contre l’équipe » que le prétendu Exocet de David Ginola en 1993…

Quand l’on imagine que l’autre star madrilène de notre sélection, le colchonero Antoine Griezmann, avait été suspendu 1 an d’équipes nationales pour avoir franchi le « mur du con » en compagnie de Ben Yedder, de l’impayable M‘Baye Niang, de M’Villa et Mavinga… Et que pour une tentative de chantage épouvantable on se contenterait d’une suspension de 2 matches amicaux ?

De qui se moque-t-on ? Et l’éthique et la morale ont-elles à ce point disparues dans le sport de haut niveau ?

Heureusement que le pouvoir politique, en la personne du Ministre Patrick Kanner et du Secrétaire d’Etat Thierry Braillard, a clairement manifesté son étonnement quant à la possible absence de sanction à l’encontre de Karim Benzema. Avant eux, les plus hautes autorités de l’Etat, le Président de la République et le Premier Ministre, avaient déjà demandé que l’exemplarité s’applique à tout joueur portant le maillot d’une sélection nationale. Et le lobby pro-Benzema de se réjouir avec force fracas de la levée du contrôle judiciaire du madrilène alors que la mesure la plus importante, la mise en examen, est toujours prononcée…

Croyez-vous que tous les jours les juges indépendants mettent en examen des citoyens s’il n’y a pas d’éléments juridiques à charge ? Lorsqu’un ministre est mis en examen, l’opinion publique et la morale républicaine commandent qu’il démissionne, mais ceci ne s’appliquerait pas aux sportifs qui représentent nos couleurs aux 4 coins du monde ? Etonnante cécité de la Fédération et de son Président qui se croit au-dessus des lois et des valeurs de notre République ?

Que le monde du football de haut niveau et son entourage économique veulent privilégier uniquement la victoire finale et l’appât du gain n’est pas nouveau à l’heure du foot OGM où l’agent achète tout et permet d’oublier facilement. Mais questionnons un peu la France d’en bas, et l’opinion à l’encontre de l’ex-lyonnais sera bien plus tranchée voire radicale, une large majorité de nos concitoyens ne veut plus de lui en Bleu… Pour terminer je me permettrai de paraphraser un autre lyonnais, Michel Noir, à propos de morale et de politique, en exprimant ce que ressentent nos compatriotes : « Mieux vaut perdre l’Euro que perdre son âme… »

*(Le label “POV” permet d’identifier les sujets réalisés par des contributeurs de Mlactu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>