Frère des Hommes

Pin It
Bixente Lizarazu et Franck Bruno

Bixente Lizarazu et Franck Bruno – DR Liza Productions

POV* – Un conseil : si vous n’avez pas encore vu le documentaire de Bixente Lizarazu « Scuba Diving », dans la série « Frères de Sport » diffusée sur l’Equipe 21, et bien précipitez-vous sur le replay encore disponible pendant 3 semaines ou bien calez-vous devant votre petit écran lors de l’une de ses rediffusions, car pour rien au monde il ne faut rater ce merveilleux moment de sport, d’émotion et d’humanité…

A l’heure où l’année 2015 si terrible s’achève, les messages d’espoir et de foi en l’homme sont rares alors écoutons précieusement la voix de Bixente qui, tel un gamin émerveillé qui ne veut plus grandir de peur de découvrir l’indicible, continue de nous montrer de belles histoires de fraternité et nous donne à réfléchir sur le sens de la vie, notre rapport à la Terre, à l’Océan, aux autres hommes.

Ici point de prouesses sportives exceptionnelles, quoi que plonger au milieu des requins n’est pas une sinécure, le sport n’est qu’un prétexte, ou plutôt un vecteur, pour mettre à nu les émotions. Nous suivons Frank Bruno, le plongeur solitaire des îles Lavezzi (un clin d’œil footballistique !) en Corse, qui a perdu une jambe à l’âge de 18 ans et qui depuis s’est reconstruit en devenant moniteur de plongée.

Un écorché vif au cœur immense ce Frank dont les indignations, les silences, les regards embués vous prennent aux tripes comme s’il faisait partie de votre famille.

Bixente fait là œuvre de confident, presque de confesseur, et amène progressivement Franck à livrer son âme, enfouie depuis tant d’années dans une roche surplombant les îles Lavezzi, telle sa pièce de monnaie déposée comme une relique il y a si longtemps tout en haut du promontoire. L’aventure se prolonge ensuite à Rangiroa, sublime archipel tahitien, où les habitants n’ont presque rien et vous offre tout, ce qui n’est pas loin d’être le secret du bonheur sur terre…

Premier questionnement de Bixente : notre rapport à la Terre, à l’Océan, à notre Planète Bleue en somme. La nature est si harmonieuse, si merveilleuse en Corse ou à Tahiti, que l’on a besoin de se poser tranquillement pour y croire. Plonger au milieu des dauphins, des requins, dans une sorte de symphonie océanique nous interroge sur le rôle destructeur de l’homme alors qu’il lui suffirait de vivre non pas au-dessus de la faune et de la flore, mais à côté, sur un pied d’égalité. La fibre écologique de Bixente trouve là matière à réflexion, à 40 mètres sous l’océan le monde se perçoit presque originellement, pur, loin de toute contamination mercantile…

Second questionnement : le rapport des hommes entre eux. Au final ce qui compte dans la vie c’est la part d’humanité de générosité que l’on est capable de donner aux autres et en cela le sport permet de poser des passerelles entre les mondes, entre les continents, il sert de facilitateur pour s’ouvrir sur l’Autre, qui, par définition, est différent de nous. Parcourir le monde et mêler les différentes cultures est le meilleur moyen de parvenir à cette seconde forme d’harmonie, après celle avec notre Terre, celle avec ses hommes.

Comme le dit si bien Pierre Arrighi, universitaire versé sur le football : « Celui qui est fier de ses racines porte à jamais, où qu’il se trouve, un trésor précieux. Il n’éprouve pas le désir de réduire l’autre, mais celui de développer son âme propre. Il comprend et il admire l’autre qui fait pareil, avec son monde à lui. Il a appris, dans ses errances, que tous les peuples sont grands. Que la grandeur humaine est un ensemble divers qui nous dépasse tous. Et que chacun se doit de faire au mieux avec ce qui lui est propre ».

Enfin troisième questionnement qui est aussi celui de Franck Bruno : le rapport avec soi-même, avec sa solitude. Pour vivre en harmonie avec les autres il faut d’abord l’être avec soi, une sorte de « Connais-toi toi-même » de Socrate ! Mais là rassurons-nous, point besoin de cigüe à boire, juste du jus de mangue ou de noix de coco !

Et voilà comment en 52 minutes d’images somptueuses, de ballades musicales envoutantes, de vagues et d’éclairs, de moments d’émotion incroyables, l’aventurier humaniste Bixente nous emporte et nous questionne l’air de rien. Il se place à hauteur d’hommes en toute simplicité, celle qui le fait s’étreindre avec Franck Bruno submergé par une émotion rare lors du dernier plan du documentaire.

Celle qui lui fait rendre un hommage aussi pudique que sincère à son héritage familial en conviant son père qui lui a donné l’amour de la mer, du surf et de la plongée à participer à cette aventure corse pour graver à jamais cette transmission de valeurs qui seront également reprises par le petit-fils présent aussi dans l’aventure.

Celle qui fait qu’un immense champion sait aussi donner du temps aux autres et embellir un instant leur quotidien.

Celle qui fait d’un homme qui a accroché un jour une étoile dans notre ciel bleu, un frère des hommes, de tous les hommes, au-delà d’être déjà pour nous un frère de sports.

Continue encore longtemps à nous transporter Bixente et à tracer ta route avec des petits cailloux lumineux qui seront autant de traces pour nous rappeler d’où tu viens et nous montrer le chemin en éveillant nos consciences.

En s’émerveillant avec nous des beautés cachées du monde et de l’âme humaine qui, comme tu nous le fais sentir, sont juste à portée de mains à condition d’en être conscients…

En homme libre poursuis ton chemin, enthousiaste comme toujours, kasko face à l’adversité.

« Ti Tengu Gara » c’est un peu l’hymne de ton documentaire, c’est aussi le résumé du message de fraternité que tu nous transmets.

Alors bon vent l’ami et dépose encore de nombreux petits cailloux sur ton chemin étoilé.

1origine-min

Bixente Lazarazu – DR Liza Productions

*(Le label “POV” permet d’identifier les sujets réalisés par des contributeurs de Mlactu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>